VAPP, VAE et Bilan de compétence

Quelle est la différence entre les trois dispositifs de validation, la validation des acquis de l’expérience (VAE), la validation des études supérieures (VES) et la validation des études, des expériences professionnelles ou acquis personnels (VAP 85) ?

La différence entre la VAP 85 d’une part et la VES, d’autre part, réside essentiellement dans l’objectif poursuivi et dans la modalité d’évaluation des acquis.
La VAE comme la VES ont pour objet l’attribution d’un diplôme ou d’une partie du diplôme, directement, sur le fondement d’une évaluation de l’expérience pour la VAE, des études supérieures suivie en France ou à l’étranger pour la VES. Après s’être entretenu avec le candidat, c’est un jury qui décide de la validation totale ou partielle, dans les deux cas.

La VAP 85 a pour objectif une reprise d’études. Ce dispositif permet à la personne d’accéder directement à un niveau de formation ou de se présenter au concours d’entrée dans un établissement en la dispensant du diplôme normalement exigé. Sur proposition d’une commission pédagogique qui examine l’expérience personnelle, professionnelle, les études antérieures suivie et les diplômes obtenus par le candidat, la décision d’autoriser ou non ce dernier à accéder à la formation souhaitée ou de se présenter au concours d’entrée est prise par le président d’université ou le directeur de l’établissement.

Il est à noter que, contrairement à la VAE et à la VAP 85 qui relèvent des services de formation continue, la VES est souvent traitée par les services de scolarité et les responsables pédagogiques.

Comment faire une demande de VAPP ?

- Dans votre dossier de candidature pour la formation continue à l’Université de Paris Nanterre (dossier à télécharger) vous cocherez la case OUI pour une demande de VAPP.
- Si vous candidatez en formation initiale, vous devez stipuler dans votre lettre de motivation votre souhait de faire une VAPP.

Comment faire une demande de VAE ?

Dès que vous avez identifié le diplôme qui correspond le mieux à votre expérience professionnelle, vous devez renseigner un dossier de recevabilité en vous connectant sur validexper.fr.
Ce dossier sera transmis à une commission pédagogique compétente, nous vous conseillons donc de le compléter le plus précisément possible, en y incluant éventuellement des pièces jointes.
Dans le cas d’un avis favorable de cette commission, un accompagnateur VAE vous orientera sur les éventuelles démarches de demandes de prise en charge des frais VAE puis vous bénéficierez d’un suivi individualisé afin de préparer votre dossier VAE en amont de la soutenance de jury (3 sessions par an : mars, juin et novembre). A l’issu de ce passage à l’oral, le jury peut vous délivrer tout ou partie du diplôme.
Lien utile

a- La candidature à la VAE d’une personne non titulaire du diplôme précédant celui qu’elle souhaite obtenir est-elle recevable ?
b- En cas de succès à la VAE, cette personne obtient-elle à la fois le diplôme ciblé et le diplôme précédant celui-ci, qu’elle ne possède pas ?

a- OUI
Aucun texte n’exige que le candidat doive posséder le diplôme qui précède celui qui est visé par la VAE. Néanmoins, au cours de la phase de la recevabilité, l’établissement étudie non seulement les éléments objectifs de l’expérience afin de se prononcer sur la recevabilité administrative de la candidature mais encore apprécie le parcours du candidat afin d’émettre un avis sur la faisabilité pédagogique de la VAE.
Si cet avis est négatif, le candidat, dont le dossier a été déclaré recevable sur le plan administratif, a deux possibilités :
- soit suivre l’avis pédagogique et renoncer à la VAE,
- soit poursuivre la procédure de VAE en étant conscient de ses faibles chances d’obtenir une validation, partielle ou totale.

b- NON
La personne n’obtient que le diplôme ciblé par la VAE.
De la même façon, une personne qui, par la VAP 85, (donc par dispense du diplôme normalement requis) intègre un cursus et réussit à obtenir le diplôme auquel il conduit, n’obtient pas le diplôme dont la VAP 85 l’a dispensée.

Quelle est la durée de validité d’une validation partielle ?

Contrairement à la disposition prévue pour les certifications à finalité professionnelle relevant de l’enseignement secondaire (article R.335-9 du Code de l’éducation) qui fixe à cinq ans le temps dont dispose un candidat pour compléter une validation partielle, aucune limite n’est posée pour les certifications de l’enseignement supérieur.
Ceci peut entraîner une difficulté lorsque le candidat qui a obtenu une validation partielle décide de la compléter alors que le diplôme initialement ciblé n’est plus proposé dans l’offre de formation. L’établissement peut dans ce cas positionner le candidat sur un diplôme dont le référentiel de compétences s’apparente à celui du diplôme initialement postulé. Il appartient au jury de validation de juger si les connaissances, aptitudes et compétences déjà validées doivent faire l’objet d’une nouvelle évaluation au regard du nouveau diplôme.

La candidature d’une personne dont les activités ne correspondent pas en totalité avec le référentiel de compétences de la certification demandée peut-elle être recevable ?

OUI.
L’article R.613-33 du Code de l’éducation précise que les acquis de l’expérience « justifient en tout ou partie des connaissances et des aptitudes exigées pour l’obtention du diplôme postulé. »

Comment faire une demande pour effectuer un bilan de compétence ?

Formuler votre demande par courriel à Mme Jessica BITOUN qui vous convoquera pour un entretien préalable.
Lien utile

Mis à jour le 25 août 2017